Comment optimiser la restitution et l’analyse de l’information décisionnelle en entreprise ?

Actuellement, la prise de décision fait partie intégrante de la réussite pour toute entreprise. Et pour cause, la BI (Business Intelligence) ou l’informatique décisionnelle permet de regrouper les ressources, les méthodes et les outils informatiques pour contribuer à cette fin. Cependant, le véritable pouvoir de la BI réside non seulement dans la collecte et le stockage de ces données, mais également dans la phase de restitution et d’analyse. De fait, ces dernières représentent le point de convergence où les données brutes se transforment en informations exploitables. Mais concrètement, comment optimiser la restitution et l’analyse de l’information décisionnelle en entreprise ? Les réponses dans cet article.

Comprendre la restitution et l’analyse de l’information décisionnelle

Pour optimiser la restitution et l’analyse de l’information décisionnelle en entreprise, il est important de bien comprendre ces phases. Par ailleurs, pour améliorer considérablement le processus, vous pouvez découvrir Power BI, un outil de data visualisation pensé pour faciliter la création de tableaux de bords.

A lire aussi : Les meilleures applis de jeux sur smartphone

La phase de restitution ou de distribution de l’information décisionnelle

Dans le cadre d’un projet BI en entreprise, la phase de restitution vise principalement à proposer un accès aisé en tenant compte de chaque profil et besoin métier. Autrement dit, l’objectif ici est de segmenter et de distribuer les données collectées de manière à ce qu’elles soient cohérentes par rapport au profil de l’utilisateur, mais aussi pour qu’elles soient faciles à exploiter. C’est d’ailleurs pour cette raison que les datamarts existent. À noter que la phase de restitution utilise notamment de multiples outils. Elle peut ainsi inclure les rapports, les statistiques, les outils de reporting, les portails d’accès à des tableaux de bord, les outils de navigation dans les cubes OLAP, etc.

La phase d’analyse ou d’exploitation de l’information décisionnelle

Pour ce qui est de la phase d’analyse ou d’exploitation, elle va permettre à l’utilisateur final d’analyser les informations qui lui sont fournies et d’en tirer des conclusions. En général, les données relatives à cette phase sont modélisées de manière à construire des tableaux de bord ou des rapports à partir d’outils d’analyse décisionnelle. D’ailleurs, c’est dans ce contexte que les outils comme Power BI peuvent optimiser le processus. Dans l’ensemble, le principal objectif de cette phase est d’assister au mieux les utilisateurs finaux afin qu’ils puissent prendre des décisions éclairées en fonction des informations mises à leur disposition. Cette phase peut ainsi inclure du datamining pour explorer d’éventuelles corrélations, des analyses multidimensionnelles, des analyses de performance, etc.

A découvrir également : Comment choisir son appareil photo argentique ?

Les étapes pour optimiser la restitution et l’analyse de l’information décisionnelle

Avec les bons outils et les bonnes méthodes, il est tout à fait possible d’optimiser la phase de restitution et d’analyse de l’information décisionnelle en entreprise. Toutefois, il est important de respecter quelques points.

Définir les besoins et les objectifs

En principe, l’efficacité de la restitution et de l’analyse de l’information décisionnelle repose en partie sur une stratégie clairement définie de l’entreprise. Dans cette optique, cette dernière doit disposer d’une vision relativement précise de l’avenir et doit être en mesure de travailler sur des objectifs réalistes. En définissant des objectifs précis, vous pouvez mieux sélectionner les données pertinentes, choisir les bonnes méthodes d’analyse et évaluer avec précision la réussite de votre projet décisionnel BI.

Collecter des données pertinentes

Pour optimiser la phase de restitution et d’analyse dans le cadre d’un projet BI, il est crucial de collecter uniquement les données qui ont un impact direct sur les objectifs définis. En limitant la collecte aux informations essentielles, vous pourrez alors éviter la surcharge d’informations, ce qui permettra de faciliter l’analyse ultérieure.

Utiliser des outils de visualisation puissants

Les outils de visualisation jouent un rôle crucial dans la communication des résultats de l’analyse. En effet, des graphiques et des tableaux bien conçus peuvent simplifier la compréhension des données. Dans cette perspective, l’entreprise doit privilégier les outils de BI dotés de fonctionnalités avancées pour créer des visualisations interactives et engageantes. Entre des tableaux de bord interactifs, des graphiques dynamiques et des visualisations personnalisables, il existe de nombreuses plateformes qui proposent des outils afin de réduire la complexité du processus.

Personnaliser les rapports

Au sein d’une entreprise, chaque partie prenante possède des besoins différents en matière d’informations. Pour optimiser la phase de restitution, il est possible de personnaliser les rapports en fonction de l’audience cible. De fait, les dirigeants ont généralement besoin d’une vue d’ensemble concise avec des indicateurs clés, tandis que les équipes opérationnelles nécessitent habituellement des données plus détaillées pour prendre des mesures spécifiques. En personnalisant les rapports, vous pourrez alors améliorer leur pertinence et leur utilité, ce qui renforce la prise de décision.

Utiliser des techniques analytiques avancées

Pour des informations plus approfondies, il est également possible d’envisager l’utilisation de techniques analytiques avancées. L’apprentissage automatique peut dévoiler des schémas cachés dans les données, tandis que l’analyse prédictive peut aider à anticiper les tendances futures. Par exemple, l’utilisation de la régression pour prédire les ventes en fonction de variables telles que le prix et la saisonnalité peut aider à ajuster les stratégies commerciales en conséquence. En adoptant des méthodes analytiques avancées, vous pouvez découvrir des insights qui ne sont pas évidents avec des analyses traditionnelles.

High-tech